Ateliers

« Logement et justice sociale » (Date de tombée: 22 novembre 2024)

Nous avons le plaisir d’annoncer un appel à contributions pour un dossier spécial des Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum consacré au logement et à la justice sociale. Ce numéro spécial fait suite à la récente conférence sur le logement et la justice sociale qui s’est tenue à Montréal en mai 2024 et vise à approfondir les questions cruciales qui y ont été abordées.

Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum se consacre à l’avancement de la compréhension scientifique des questions éthiques dans la société contemporaine, et ce numéro spécial cherche à rassembler diverses perspectives sur l’intersection du logement et de la justice sociale. Nous invitons les auteur.trice.s à soumettre des articles traitant de divers aspects du logement et de la justice sociale, y compris, mais sans s’y limiter, des essais théoriques, des études de cas, des analyses et des recherches empiriques. Les contributions provenant de diverses disciplines, notamment la philosophie, la sociologie, les études urbaines, la science politique, l’éthique et le droit, sont les bienvenues. Les contributions peuvent être rédigées en français ou en anglais et peuvent être liées, sans s’y limiter, aux thèmes suivants :

  1. Questions normatives relatives au logement. Que signifie avoir un accès « équitable » au logement ? L’État a-t-il le devoir de fournir un logement à tous ? Ce premier axe de recherche examine la manière dont le logement est pensé à la lumière des conceptions centrales de la philosophie politique et cherche à établir ce que signifie la « justice » en matière de logement. La question est de savoir si l’accès au logement permet une forme de liberté ou d’égalité relationnelle, ou si l’accès au logement ne concerne que les conditions matérielles. Il s’agit autant de réfléchir aux implications normatives d’une « perte de contrôle sur son milieu de vie » (Gaudreau, 2020) du fait d’un marché du logement financiarisé que d’utiliser certains outils des théories de la justice pour imaginer ou tester des politiques publiques d’accès au logement. (King, 2011; Taylor, 2019)
  2. Propriété privée et logement. Le droit de propriété est-il compatible avec le droit au logement dans le contexte des démocraties libérales et des économies de marché ? Le droit de propriété est-il le meilleur moyen de garantir l’égalité? L’objectif est d’offrir une perspective souvent méconnue sur la confrontation entre le droit de propriété et le droit au logement. Dans le but de dépasser les débats juridiques, il s’agit d’ouvrir un espace de réflexion sur le problème posé par la confrontation morale entre ces deux droits. Il sera alors également possible de s’interroger sur la complémentarité ou la contradiction du propriétarisme avec la mise en œuvre de mesures sociales positives sous la forme de droits sociaux protégeant le logement. Cela pose la question de savoir si les politiques publiques doivent favoriser l’accès à la propriété privée, et si la propriété privée doit être la solution privilégiée par les États pour garantir l’égalité dans le logement.
  3. Logement et maison. Avoir un lieu de vie est-il la même chose qu’avoir une maison ou un foyer? Quelles sont les différences entre ces deux expériences? Quelles sont les implications normatives et pratiques d’une telle distinction? Avoir une maison signifie-t-il nécessairement avoir un toit au-dessus de sa tête ?  L’objectif est de repenser les relations sociales comme des éléments essentiels du « sentiment » d’être chez soi. Cet axe nous permettra également de nous interroger sur la possibilité de commercialiser ce sentiment d’être chez soi dans un contexte de marchandisation croissante du logement. Il examinera également les frontières entre des concepts tels que « abri », « toit », « logement » et « maison », afin de mieux comprendre quelles caractéristiques de ces éléments contribuent ou non à la justice en matière de logement. (Young, 2005)
  4. Institutions pour la justice en matière de logement. La recherche de la justice en matière de logement nécessite également le traitement des demandes par certaines institutions dédiées au droit du logement et au droit au logement. Quels sont les obstacles qui limitent actuellement l’accès à la justice en matière de logement? Quelles formes peuvent prendre les organisations qui défendent la justice en matière de logement? Doivent-elles être juridiques ou peuvent-elles prendre d’autres formes? Cet axe sera également l’occasion de se demander si les institutions devraient toujours favoriser l’accès au logement, et quels sont les rôles de ces institutions dans le maintien des injustices en matière de logement.

La revue Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum accepte un large éventail d’articles. Certaines des options sont énumérées ci-dessous, mais vous pouvez également trouver plus d’informations sur le journal et ses lignes directrices à l’adresse suivante : https://www.lecre.umontreal.ca/categorie/ateliers_ethique_ethics_forum/

Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum publie des articles traitant d’éthique sous ses multiples formes, en particulier les enjeux normatifs des politiques publiques et des pratiques sociales. Nous invitons la soumission pour les types de manuscrits suivants :

  • Des articles de recherche (jusqu’à 9 000 mots) qui offrent un engagement de fond avec les défis normatifs qui se posent dans le contexte des pratiques sociales et des politiques publiques. Les articles de recherche soumis feront l’objet d’un examen par les pairs en double aveugle par au moins deux évaluateurs.
  • Des articles de revue de la littérature (5 000 à 9 000 mots) qui offrent un aperçu complet des débats ou des littératures récents pertinents à la portée thématique de la revue. Nous accueillons particulièrement favorablement les revues de la littérature en français sur les récents débats en philosophie anglophone et les revues de la littérature de langue anglaise sur les récents débats en philosophie francophone. Ces soumissions feront l’objet d’un examen par les pairs en double aveugle par au moins un évaluateur.
  • Des discussions de cas et réponses. Les discussions de cas (jusqu’à 3 000 mots) décrivent et discutent des problèmes du monde réel concernant les pratiques sociales et/ou les politiques publiques et identifient les questions ou approches normatives qui pourraient convenir pour aborder ces problèmes. Les discussions de cas acceptées seront publiées sur le site web de la revue, avec une invitation à répondre (également jusqu’à 3 000 mots de longueur). Les discussions de cas et les réponses soumises feront l’objet d’un examen à double par les pairs à double aveugle par au moins un évaluateur.

Soumissions : eliot.litalien@umontreal.ca

Date limite : Jusqu’au 22 novembre 2024

Veuillez suivre les directives de soumission des Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum disponibles ici : https://www.lecre.umontreal.ca/wp-content/uploads/2014/07/consignes-aux-auteurs-2014_mise-en-page-1.pdf

Pour toute question, vous pouvez contacter Alexandre Petitclerc (éditeur invité) à alexandre.petitclerc@umontreal.ca.