Réseau de philosophie du travail

La philosophie du travail est un domaine de recherche universitaire en plein essor. Des philosophes du monde entier y contribuent. L’idée centrale de la création du Réseau de philosophie du travail est de créer un espace virtuel permettant aux personnes effectuant des recherches sur la philosophie du travail de se rencontrer, de découvrir les connaissances de chacun et d’organiser des activités communes.

Le Réseau de philosophie du travail/the Philosophy of Work Network est une initiative de Denise Celentano (Université de Montréal) et Pablo Gilabert (Concordia), en collaboration avec le CRÉ et le Centre de justice sociale.

Les activités du Réseau de philosophie du travail sont ouvertes aux chercheur.es et aux étudiant.es diplômé.es ayant des intérêts de recherche dans ce domaine. Merci d’écrire aux organisateurs, (denise.celentano@umontreal.ca / pablo.gilabert@concordia.ca), pour recevoir le lien zoom d’un événement.

Événements à venir

Sep
13
ven
2024
Lisa Herzog (UGroeningen) @ En ligne
Sep 13 @ 11:00 – 12:00
Lisa Herzog (UGroeningen) @ En ligne
Dans le cadre des activités du Réseau de philosophie du travail, Lisa Herzog (UGroeningen) offrira une présentation intitulée: « Labor Markets without Market Wages ». Les activités du Réseau de philosophie du travail sont ouvertes aux chercheur.es et aux étudiant.es diplômé.es ayant des intérêts de recherche dans ce domaine. Merci d’écrire aux organisateurs, Denise Celentano (denise.celentano@umontreal.ca) et Pablo Gilabert (pablo.gilabert@concordia.ca), pour recevoir le lien zoom. Résumé Should wages be determined by market forces? This paper argues against this view, based on consideration of the kind of good that labor is and what it means to “trade” it. Two arguments brought forward in favor of market wages, the desert argument and the information argument, are not only mutually incompatible but also both not convincing. The first founders on the problem of complementarities in value creation. The second fails not only because of endogeneity problems, but also because of systemic market failures in labor markets. But is it possible to give up labor markets without endangering freedom of occupation or risking problematic degrees of inefficiency? This can be achieved by understanding labor markets as matching markets, comparable to those for donor organs: what matters is creating good matches, but the price mechanism is not central for this. From this perspective, various existing institutions, such as minimum wages and collective bargaining, can be reinterpreted as “approximative institutions” that move labor markets in a more just direction.

Événements passés