/home/lecreumo/public html/wp content/uploads/2020/10/goyer

Simon Goyer

Postes occupés

2020-2021 Boursier-ère d'études supérieures,

Biographie

En 2013, j’ai complété une maîtrise en philosophie de la psychiatrie sous la direction de Luc Faucher (département de philosophie, UQAM). Dans mon mémoire, je présente et j’évalue trois modèles de l’explication en psychiatrie, à savoir (1) l’interprétation réductionniste que je fais des modèles déductif-nomologique (DN) et inductif-statistique (IS) de Carl Gustav Hempel (et Paul Oppenheim) ; (2) le modèle de l’explication réductionniste et mécaniste formulé par John Bickle et (3) le modèle de l’explication pluraliste et mécaniste développé par le psychiatre et chercheur Kenneth S. Kendler. Mon évaluation de ces trois modèles de l’explication montre que le meilleur d’entre eux est celui de Kendler.

Depuis 2014, je poursuis un doctorat en philosophie de la psychiatrie sous la direction de Luc Faucher et de Mona Gupta (département de psychiatrie à l’UdeM et CRCHUM). Dans ma thèse, je m’intéresse aux Research Domain Criteria (RDoC), un programme de recherche lancé en 2009 par le National Institute of Mental Health (NIMH), le principal institut public responsable de la recherche sur les désordres mentaux aux États-Unis. Dans ma thèse, plus précisément, je mets en lumière les bases philosophiques des RDoC et en dégage la conception du trouble mental. Je formule une critique de cette dernière. Je montre notamment qu’elle nuit à la recherche en psychiatrie parce qu’elle ne capture pas des données (notamment qualitatives) qui permettraient l’acquisition de connaissances pertinentes et utiles pour expliquer et éventuellement traiter les troubles mentaux. Pour cette raison, je propose et défends une nouvelle conception du trouble mental qui sera favorable à la recherche psychiatrique. Outre ces conséquences épistémiques, en raison de la conception énactiviste de l’esprit qui lui est sous-jacente, ma conception du trouble mental a des conséquences dans le domaine de l’éthique. En effet, si (comme le suppose la conception énactive) la personne et son environnement (physique, social et culturel) forment un système dynamique, alors cela conforte l’idée selon laquelle tous les êtres humains entretiennent, selon divers degrés, des liens de dépendance les uns envers les autres et, conséquemment, cela contribue à démontrer la validité de la conception relationnelle de l’autonomie.

Outre la philosophie de la psychiatrie, mes intérêts de recherche sont nombreux. D’abord, je m’intéresse à la philosophie des sciences. On peut le constater à la lecture de mon mémoire de maîtrise où j’aborde les notions d’explication, de réduction, de conception syntaxique des théories, de conception sémantique des théories, de modèle et de causalité. De plus, je m’intéresse à la neuroéthique (voir, par exemple, Faucher et Goyer 2017). Enfin, quand j’étais l’assistant de recherche de Mona Gupta, j’ai fait de la recherche qualitative en raisonnement clinique en psychiatrie. Dre Gupta, Dre Nancy N. Potter et moi nous intéressions alors aux types de savoirs utilisés par les psychiatres pour faire un diagnostic.

Bibliographie

Nyquist Potter, N., Gupta, M. et Goyer, S. (2019). Diagnostic reasoning in psychiatry: acknowledging an explicit role for intersubjective knowing. Philosophy, Psychiatry, & Psychology, 26(1), 49-64.

Faucher, L. et Goyer, S. (2017). RDoC’s Special Kind of Reductionism and its Possible Impact on Clinical Psychiatry. Dans M Johnson, L. Syd et S. Rommelfanger, K. (dir.), The Routledge Handbook of Neuroethics (p. 412-428). New York et Londre : Routledge.

Faucher, L. et Goyer, S. (2017). Research Domain Criteria. Dans A. Wenzel (dir.), The SAGE Encyclopedia of Abnormal and Clinical Psychology (p. 2862-2863). Thousand Oaks: SAGE Publications, Inc.

Faucher, L. et Goyer, S. (2016). Le Research Domain Criteria (RDoC), le réductionnisme et la psychiatrie clinique. Revue de Synthèse, 137 (1-2), 117-149.

Faucher, L. et Goyer, S. (2015). RDoC: Thinking Outside the DSM Box without Falling into a Reductionist Trap. Dans Demazeux, S. & Singy, P. (dir.), The DSM-5 in Perspective: Philosophical Reflections on the Psychiatric Babel (p. 199-224). Dordrecht : Springer (Série « History, Philosophy and Theory of the Life Sciences »).

Goyer, S. (2013). Pour un modèle de l’explication pluraliste et mécaniste en psychiatrie. Mémoire de maîtrise. Montréal. UQAM.