/home/lecreumo/public html/wp content/uploads/2020/10/capture décran le 2020 10 27 à 15.07.23

Magali Bessone (Rennes 1)

Quand :
19 novembre 2020 @ 12:00 – 13:30
2020-11-19T12:00:00-05:00
2020-11-19T13:30:00-05:00
Où :
Zoom
https://uqtr.zoom.us/j/88561264499?pwd=OVEzVkFQR3JwbExBNzU0QVdtMzRwUT09

Conférence de Magali Bessone « Faire justice de l’irréparable » dans le cadre de la journée mondiale de la philosophie de l’Unesco, en collaboration avec la série de conférences en éthique féministe du Centre de recherche en éthique (CRÉ), le Département de philosophie de l’UQTR reçoit la philosophe Magali Bessone. La présentation d’environ 45 minutes sera suivie d’une période de discussion. La séance sera animée par l’organisatrice de l’activité, Naïma Hamroui.

Résumé

La traite et l’esclavage colonial sont des crimes contre l’humanité. Ce sont des injustices historiques, moralement condamnables. Mais pourquoi, et comment, punir ou réparer des crimes dont tous les protagonistes, comme les victimes, sont depuis longtemps disparus? Quelle théorie de la justice permet d’appréhender et traiter les demandes de réparations qui émergent et quel sens donner à la notion de réparation? Enfin, quelle responsabilité les générations contemporaines peuvent-elles avoir à l’égard des injustices du passé? Magali Bessone suggère que s’il est impossible de réparer l’histoire, on peut toutefois prendre au sérieux l’exigence de justice qui s’exprime dans les demandes de réparations. Mais pour cela, nous devrons laisser de côté la théorie de la justice corrective (rétrospective) tout comme la théorie de la justice distributive (compensatoire), et nous tourner vers une justice transitionnelle. Écartant le langage du blâme et de la culpabilité, elle montre que notre responsabilité contemporaine de réparer l’injustice s’ancre dans ce que nous nous devons les uns aux autres au titre de citoyens. Il dépend de nous de ne pas ignorer notre passé et de viser la transformation de nos structures sociales et politiques afin de les rendre plus justes.

Bio:

Ancienne élève de l’ENS Paris, agrégée et docteur en philosophie, Magali Bessone travaille sur les théories de la justice contemporaine (nationale et internationale) ainsi que sur les théories des races et des racismes. Elle a notamment publié une traduction commentée de W. E. B. Du Bois, Les Âmes du peuple noir, (La Découverte, 2007); elle est l’auteure de Sans distinction de race ? (Vrin, 2013). Elle a codirigé avec Daniel Sabbagh l’anthologie Race, racisme, discriminations (Hermann, 2015). En 2019, elle a fait paraitre Faire justice de l’irréparable. Esclavage colonial et responsabilités contemporaines, chez Vrin.