Projets de recherche

L’équipe de cet axe se propose de répondre aux défis éthiques qui émergent dans le domaine de la santé et qui concernent les patients, les soignants, les populations et les décideurs. Elle entend promouvoir une analyse cohérente et un débat public informé sur des enjeux sociétaux majeurs comme la procréation ou le dépistage des maladies génétiques. L’axe a également pour objectif de contribuer au développement de politiques publiques et de lignes directrices professionnelles appropriées.

1) Financement public de la fécondation in vitro (FIV)
Le statut unique de l’infertilité, les coûts élevés de la FIV et la nécessité d’établir des priorités dans l’utilisation de ressources limitées rend particulièrement difficile l’attribution de financement tout en mobilisant des considérations éthiques, sociales et culturelles uniques. D’un point de vue éthique, il faut déterminer si « une société responsable et aidante devrait chercher des moyens de reconnaître et de soutenir le désir des individus d’avoir des enfants » (Commission royale 1994) et s’il faut ou non accroître la solidarité entre les personnes fertiles et infertiles. Il s’agit d’un enjeu d’actualité au Québec. De nombreux pays industrialisés se sont déjà penchés sur la question et ont fondé leurs décisions de financement sur des justifications éthiques variées. La clarification conceptuelle et l’exploration de considérations éthiques diverses peuvent hausser la qualité du débat public et du processus de législation pour les autres provinces canadiennes.

2) Implication éthique des tests prénataux non invasifs (TPNI)
Le Preimplantation Genetic Testing (PGT) entraîne une multitude de choix règlementaires difficiles pour les institutions médicales, pour l’assurance maladie et pour la société. Ces choix portent sur le moment où il semble justifié de  » filtrer  » certaines maladies ou handicaps, évaluation qui présuppose ce qui devrait être considéré comme  » normal « . Or, une nouvelle technologie, le test prénatal non invasif (TPNI), est graduellement intégrée dans plusieurs pays et pose de nouveaux défis à l’acceptabilité sociale. Le TPNI permet de faire l’analyse de l’ADN du foetus au moyen d’une prise de sang lors du début de grossesse. Il élimine ainsi le risque de fausse couche associé aux procédures invasives utilisées jusqu’à maintenant. Or,le TPNI ravive les craintes associées aux tests génétiques comme les pratiques eugénistes. L’objectif de ce projet est d’explorer les problématiques sociales et éthiques soulevées par le TPNI, tout en tenant compte de sa place particulière au Canada.

3) Intégrité de la recherche
Le Research Ethics and Integrity Group a pour objectif l’étude la conduite responsable de la recherche (RCR, alias intégrité scientifique), principalement mais pas exclusivement dans le contexte universitaire (recherche, enseignement, administration, etc.). Issu de travail sur les conflits d’intérêts (PI B. Williams-Jones; voir les articles de blog pré-2014 de l’ancien groupe de recherche sur les conflits d’intérêts), nous avons élargi pour inclure un large éventail de sujets dans RCR, y compris l’éthique des éditeurs et auteurs, le plagiat et d’autres formes d’inconduite, et l’enseignement de l’éthique.

4) Pédagogie en éthique et santé publique.
L’enseignement de l’éthique est la pierre angulaire de la formation, de la pratique et de la recherche par les professionnels de la santé. Cette formation favorise des normes de professionnalisme, d’intégrité personnelle et scientifique, et la mise en place de champions des valeurs et principes fondamentaux. Ce projet vise a décrire l’état de l’enseignement de l’éthique dans les écoles et les programmes de santé publique au Canada. Le but est de soutenir l’éducation continue de l’éthique pour les chercheurs et les professionnels de la santé publique par le développement d’un cursus minimal et du matériel pédagogique de base pouvant être utilisés et suivis par l’ensemble des écoles et des programmes de santé publique au Canada.