Jocelyne St-Arnaud

Jocelyne St-Arnaud

Professeure associée aux Programmes de bioéthique, Département de médecine sociale et prévention, École de santé Publique de l’Université de Montréal (ESPUM). Conseillère et formatrice en éthique.

Postes occupés

2005-2006 à 2011-2012 Membre régulier-ère
2012-2013 Chercheur-e invité-e,
2014-2015 à aujourd'hui Chercheur-e associé-e,

Biographie

jocelyne.st-arnaud@umontreal.ca
Professeure associée aux Programmes de bioéthique, Département de médecine sociale et préventive, École de santé Publique de l’Université de Montréal (ESPUM). Conseillère et formatrice en éthique.

Biographie

Jocelyne Saint-Arnaud détient un Ph.D. en philosophie de l’Université de Montréal, sous la direction de Louise Marcil-Lacoste, avec une thèse portant sur Les rapports entre égalité et justice dans une société institutionnalisée et plus spécifiquement sur les critères de justice distributive. Elle a effectué un post-doctorat en bioéthique sous la direction de Guy Durand qui a donné lieu à la publication du livre La réanimation cardio-respiratoire au Québec : enjeux, statistiques et protocoles (Fides,1990). Elle a aussi suivi un stage en éthique biomédicale auprès d’Albert Jonsen de l’Université de Washington et d’ Abbyan Linch de l’Université de Colombie britannique. Durant sa carrière, elle a mené, à titre de chercheure principale, plusieurs études subventionnées par le CRSH, notamment sur les enjeux éthiques liées à la limite des ressources en transplantation d’organes et en dialyse qui ont donné lieu, entre autres, à la publication du livre L’allocation des ressources rares en soins de santé : l’exemple de la transplantation d’organes (Cahiers scientifiques de l’Acfas, 1992). En 2000, elle a été finaliste du prix Donner pour le livre Enjeux éthiques et technologies biomédicales : contribution à la recherche en bioéthique (Fides, 1999). Elle a aussi participé en tant que co-chercheure à une étude menée par Raymond Massé portant sur les enjeux éthiques en santé publique qui a donné lieu à la rédaction du livre Éthique et santé publique : enjeux, valeurs et normativité (Presses de l’Université Laval, 2003) et auquel elle a collaboré. En tant que chercheure, elle a participé à plusieurs groupes de recherche et publié de nombreux articles liés, notamment à l’utilisation des technologies de pointe, y inclus les médicaments, et à la limite des ressources dans le domaine de la santé.

Elle a participé aux travaux des Comités d’éthique de la recherche du CHU Sainte-Justine et de l’Institut Armand Frappier, avant de présider le Comité d’éthique de la recherche des sciences de la santé à l’Université de Montréal de 1997 à 2004. Parallèlement, elle a mis sur pied et présidé en tant qu’experte en éthique le Comité d’éthique clinique (CÉC) des Centres Drapeau et Deschambeault, avant de présider le CÉC de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal de 2005 à 2015.

Jocelyne Saint-Arnaud enseigne l’éthique dans les programmes de bioéthique de l’Université de Montréal depuis 1993 et à la Faculté des sciences infirmières de la même université depuis 1995. Elle anime des formations en éthique de la santé, tant à l’étranger qu’au Québec. Son dernier livre L’éthique de la santé. Un guide pour l’intégration de l’éthique dans les pratiques infirmières (Gaëtan Morin/Chenelière Éducation, 2009) est utilisé comme manuel d’enseignement. En tant que professeure honoraire, elle continue à donner des charges de cours, à organiser des colloques et à mener des recherches sur les enjeux éthiques et les processus décisionnels, tant au niveau micro (éthique clinique) que macro éthique (éthique organisationnelle) et sur les questions de fin de vie, notamment sur l’application de la Loi 2 concernant les soins de fin de vie au Québec. En tant qu’experte en éthique de la santé, elle est une conférencière recherchée et elle est consultée par des organismes gouvernementaux et paragouvernementaux.