/home/lecreumo/public html/wp content/uploads/2018/09/capture décran 2018 09 18 à 11.54.55

Juger la démocratie à ses résultats ?

Quand : Retour au calendrier 16 octobre 2018 @ 12:00 - 13:15
Où : Salle 309
2910 Boulevard Edouard-Montpetit
Montréal,QC H3T 1J7
Canada
Axes :
Éthique et politique
Chercheurs : Juliette Roussin

Dans le cadre de ses midis de l’éthique, le CRÉ reçoit la stagiaire postdoctorale Juliette Roussin, qui offrira une présentation intitulée Juger la démocratie à ses résultats ?

Résumé

En vue d’établir la légitimité de la démocratie par rapport à d’autres régimes, notamment le gouvernement d’un petit nombre de sages ou d’experts, certaines théories politiques normatives avancent des arguments « épistémiques », qui mettent l’accent sur la relation de connaissance particulière que le régime démocratique entretiendrait aux principes d’un bon gouvernement. Mais une justification épistémique de la démocratie peut en réalité s’appuyer sur deux types arguments très différents. Selon le premier argument, positif, les procédures de décision collective propres à la démocratie (vote au suffrage universel égal à la majorité, élections régulières, mécanismes représentatifs et de contrôle, débat public, etc.) favorisent la production de bons résultats politiques avec une probabilité supérieure à celle d’autres méthodes, non démocratiques, de décision. Selon le second, négatif, l’impossibilité de prouver la supériorité morale ou intellectuelle de quiconque en matière politique conduit à conclure à l’égalité épistémique des citoyens dans ce domaine et, par suite, à la légitimité exclusive de méthodes démocratiques (c’est-à-dire inclusives, participatives et égalitaires) de décision commune. L’objet de cette présentation est d’examiner la validité respective de ces deux arguments, et de s’interroger sur leurs implications respectives pour le concept de légitimité démocratique.