/home/lecreumo/public html/wp content/uploads/2018/08/rodogno

Raffaele Rodogno

Postes occupés

2018-2019 Chercheur-e invité-e,

Biographie

Depuis 2009 je suis professeur associé au Département de philosophie et d’histoire des idées à Aarhus Universitet (Danemark). J’ai étudié les relations internationales à l’HEI de Genève, la philosophie à la London School of Economics et à l’Université de St Andrews, où j’ai obtenu le doctorat en 2003.

Mes intérêts de recherche portent sur le bonheur. Mon approche à l’étude du bonheur remet en question l’approche philosophique traditionnelle et sa méthode. Ces questions sont de grande actualité pour les philosophes à cause de l’importance grandissante des études empiriques autour de cette thématique.  J’entends offrir un cadre clair et intelligible des rôles respectifs de l’étude philosophique et de l’étude empirique du bonheur ainsi que de leur croisements. Je proposerai par ailleurs une méthode nouvelle dépassant les clivages classiques de la philosophie du bonheur, notamment objectivisme/subjectivisme et mentalisme/non-mentalisme. Mon objectif est de mieux intégrer la philosophie du bonheur avec soi-même et avec l’étude empirique du bonheur ; une tâche ambitieuse et controversée. La clef de voûte de cette méthode est l’étude du bonheur à partir de pratiques telles que l’amitié ou les rapports parentaux à l’intérieur desquels le bonheur joue un rôle normatif et pratique fondamental. J’ai déjà appliqué cette approche à des questions normatives complexes comme la question du bonheur des individus neurologiquement différents tels que les autistes (voir publications ci bas).

Mes recherches portent également sur les émotions et leur rôle dans la morale (le sentimentalisme) ainsi que certaines pratiques sociales telles que la sanction pénale et la justice restorative. Enfin, j’étudie certaines questions concernant les robots sociaux, c’est-à-dire des robots qui sont censés interagir socialement avec les êtres humains. Notamment, les questions éthiques qui surgissent lorsque ces robots accomplissent des tâches liées aux soins des malades ou des personnes âgées.

Bibliographie (sélection)

Monographies

2012. In Defense of Shame: The Faces of an Emotion. Oxford University Press (with J. Deonna & F. Teroni), 256 pages

Travaux d’édition

2019. Social Robots, Emotions, and Social Cognition: Conceptual, Empirical, and Ethical Perspectives. Special Issue in Techné (with J. Seibt)

2016. Ethics and Social Robotics. Special Issue in Ethics and Information Technology. 18.4

Articles et chapitres

2019. Algorithmic decisions and (loss of) ethical practice: the case of self-driving vehicles. In: C. Hasse and D. M. Søndergaard (Eds.) Designing Robots – Designing Humans. Routledge (with Marco Nørskov)

2018. The Moral Shadows of Shame and Contempt. In: C. Tappolet (ed.) Shadows of the Soul: Philosophical Perspectives on Negative Emotions. Routledge.

2017. Attachments and the Moral Psychology of Internal Conflicts. Philosophical Inquiries. 5.1, 37-53

2016. Autism and the Good Life: A New Approach to the Study of Well-Being. (with K. Krause-Jensen and R. Ashcroft; first author) Journal of Medical Ethics 42, 401-408

2015. Social Robots, Fiction, and Sentimentality. Ethics and Information Technology, 18.4, 257-268

2015. Well-Being or Prudential Value. In T. Brosch & D. Sander (eds.) The Oxford Handbook of Value: The Affective Sciences of Values and Valuation. Oxford: Oxford University Press, Ch.15.

2014. Happiness and Well-Being: Shifting the Focus of the Current Debate. South African Journal of Philosophy 33(4), 451-479

2010. Sentientism, Well-Being, and Environmentalism. Journal of Applied Phil 27(1), 84-99

2010. Guilt, Anger, and Retribution. Legal Theory 16(1), 59-76

2009.Shame, Guilt, and Punishment. Law and Philosophy 28(5), 429-464

2008. Shame and Guilt in Restorative Justice. Psychology, Public Policy, & Law 14(2), 142-76

2008. On the Importance of Well-Being. Ethical Theory and Moral Practice 11(2), 197-212

2004. De la dignité aux droits fondamentaux en passant par le bonheur. Studia Philosophica 63, 263-288