Projets de recherche

L’éthique environnementale se préoccupe des devoirs que nous avons à l’égard du monde dans lequel nous évoluons, qu’il soit naturel ou bâti. En particulier, elle examine les raisons et les moyens individuels et collectifs d’atténuer les impacts que nous avons sur les autres espèces animales, ainsi que sur l’environnement naturel et bâti. Elle porte également sur les défis écologiques qu’il faut surmonter pour assurer les conditions de la vie humaine à long terme.

1) Théorie des valeurs et éthique environnementale
Ce projet relie l’axe Éthique environnementale à l’axe Éthique fondamentale, car il concerne le choix d’une théorie fondamentale pour conduire la pratique environnementale. Mikkelson (2011) a proposé d’adopter la théorie des valeurs dite  » de la richesse  » comme une alternative supérieure aux approches qui ont prévalu dans ce champ d’études au cours des dernières décennies. Le but de ce projet sera d’évaluer de manière plus systématique les points forts et les points faibles de la théorie de la richesse, comparée aux théories alternatives, notamment en la raffinant pour qu’elle puisse faire face aux défis qui lui ont été lancés.

2) Éthique et consommation
Ce projet, fondé sur des travaux de recherche effectués en Colombie, comporte deux volets. Le premier examine le rôle respectif des différents groupes en ce qui a trait à l’amélioration de l’équité en matière d’approvisionnement en eau dans la société entière. Le second explore l’importance accrue qui est accordée aux municipalités en ce qui concerne l’approvisionnement de ressources telles que l’eau et l’électricité et le rôle nouveau des municipalités agissant à titre d’actionnaires dans des entreprises locales qui cherchent à s’implanter dans « le marché international ». Cette question acquiert un intérêt croissant puisque c’est une manière de poursuivre la promotion de la commercialisation des ressources dans de nombreuses régions, tout en évitant la privatisation.