/home/lecreumo/public html/wp content/uploads/2017/08/salamone

Valentin Salamone

Postes occupés

2016-2017 Chercheur-e en séjour,

Participations aux événements du CRÉ

28 août 2017 Les animaux non humains, la justice climatique et l’expérimentation scientifique

Biographie

Scientifique de formation, je suis diplômé d’une licence Science du Vivant, parcours Biologie Cellulaire et Physiologie des Organismes de l’Université de Strasbourg depuis Juin 2015. Au cours de ces 3 années universitaire, j’ai pu découvrir à travers les enseignements de biologie moléculaire, de biologie cellulaire, de physiologie et d’éthologie, la diversité et la complexité de vivant. Cependant les travaux de chirurgie et d’expérimentation sur les rongeurs auxquels j’ai participé m’ont amené à me poser des questions d’ordre éthique sur les raisons morales justifiant l’utilisation, l’instrumentalisation et la mise à mort d’êtres-vivants sensibles à la fois par l’homme et pour l’homme.

Ainsi, fortement intéressé par les questions soulevées par l’éthique animale et plus particulièrement par l’éthique de l’expérimentation animale, j’ai choisi de rejoindre le Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en Ethique (CEERE) de l’Université de Strasbourg, afin de suivre la première formation en France proposant un master offrant une spécialisation en éthique animale.

Actuellement en master 2, j’effectue mon stage de fin d’étude au sein du Centre de recherche en éthique (CRE) où je prépare la rédaction d’un mémoire portant sur les obstacles à la mise en place du Principe de Remplacement (3R) dans la recherche scientifique en me basant sur une analyse comparative entre le rôle et la fonction des comités d’éthique en France et au Canada.  Mon mémoire vise principalement à questionner l’éthique utilitariste pathocentrique encadrant aujourd’hui l’expérimentation animale. L’objectif sera de mettre en lumière le processus d’évaluation des protocoles de recherches impliquant l’utilisation des animaux ainsi que la faiblesse des moyens offerts aux comités d’éthique leur empêchant de contrôler idéalement le respect du principe de Remplacement.